"Les encadrants n'osent généralement pas protester"

Entretien avec Joël Boursereau, délégué syndical central CFE-CGC chez Stelia Aerospace
Propos recueillis par Martine Rossard
Santé & Travail n° 099 - juillet 2017
couverture
Managers au bords de la crise de nerfs
juillet 2017

Joël Boursereau, délégué syndical central CFE-CGC chez Stelia Aerospace, filiale d'Airbus, a été manager pendant quinze ans. Il témoigne des difficultés rencontrées par les encadrants pour s'exprimer sur leurs conditions de travail.

Quels sont, d'après vous, les principaux problèmes de conditions de travail rencontrés par les encadrants ?
Joël Boursereau : L'encadrement, dans l'aéronautique et ailleurs, est fréquemment confronté à une surcharge de travail et, depuis la mise en place du forfait jours, à des journées à rallonge.
Réservé aux seuls cadres autonomes, le forfait jours a été généralisé, parfois à la demande des intéressés, supprimant pour tous la référence à un temps de travail.
Les 35 heures n'existent pas pour les cadres.
Le seul garde-fou reste la durée minimale obligatoire de 11 heures de repos entre deux jours de travail.


Votre email :
Les trois derniers numéros



Votre email :

Je m'abonne et je commande