"Utiliser l'analyse de l'activité comme outil"

Entretien avec Thierry Viallesoubranne, représentant du personnel CGT au CHSCT du centre nucléaire de production d'électricité (CNPE) du Blayais (Gironde)
Propos recueillis par Rozenn Le Saint
Santé & Travail n° 085 - janvier 2014
couverture
Risques industriels : éviter de nouvelles catastrophes
janvier 2014

Pour Thierry Viallesoubranne, de la CGT, l'action des élus CHSCT dans le nucléaire ne peut se limiter à faire respecter la réglementation. Ils doivent aussi pouvoir analyser l'activité et les risques qui y sont liés, ce qui exige du temps et une formation adaptée.

Quels sont les dangers auxquels un CHSCT est confronté dans le nucléaire ?

Thierry Viallesoubranne : Travailler dans une centrale nucléaire, ce n'est pas être exposé uniquement aux rayonnements ionisants ou à un risque majeur. Le CHSCT doit intégrer l'ensemble des dangers que l'on peut rencontrer dans une industrie qui ne serait pas nucléaire, comme l'exposition à d'autres produits chimiques cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques tels que l'hydrazine, le formaldéhyde, le bore ou encore l'amiante. Par ailleurs, le travail posté, l'exposition à la chaleur ou au bruit produisent également des accidents du travail, de la souffrance mentale, des troubles musculo-squelettiques et autres maladies professionnelles.

La réglementation en matière de sécurité, plus importante dans votre secteur, n'encourage-t-elle pas les CHSCT à se focaliser sur son respect au lieu d'aborder les questions de prévention ?

T. V. : La réglementation fixe un cadre minimaliste à mettre en oeuvre pour protéger la santé des travailleurs. Le CHSCT doit veiller à ce que l'employeur la respecte. En 1998, quand je suis arrivé au CHSCT, les désaccords portaient sur le sens du Code du travail. Mais cela ne permettait pas de transformer les situations de travail du personnel.

Faire de la prévention uniquement en respectant le prescrit, c'est nier le travail et tout son sens. Par exemple, l'employeur prescrit de porter des lunettes pour circuler sur le lieu de travail. Or ces lunettes protègent moins bien et sont inappropriées face à certaines situations de travail. Ainsi, des salariés sont amenés à les porter lors d'activités comme le meulage, alors que d'autres lunettes spécifiques seraient plus appropriées. Résultat, les chocs et les accidents aux yeux sont plus graves qu'avant. Le CHSCT a verbalisé son désaccord dès la mise en place du port obligatoire des lunettes. Si la réglementation ou le prescrit rassurent, car ils donnent un cadre, ils deviennent un piège si l'on s'y enferme.

Quel regard portez-vous sur les moyens dont disposent les représentants du personnel au CHSCT pour accomplir au mieux leur mission ?

T. V. : Tout d'abord, compte tenu de la technicité de la réglementation dans le nucléaire et des déterminants du risque industriel, ce ne sont pas les trois jours de formation par an et les cinq jours la première année de mandat qui nous rendent efficaces. Cela permet tout juste de comprendre le fonctionnement du CHSCT et la loi Transparence et sécurité nucléaire. Pour pouvoir réaliser de véritables analyses des risques, il faut davantage utiliser l'analyse de l'activité comme outil. Parmi les membres du CHSCT, je suis le seul à avoir acquis les compétences pour en réaliser, grâce à l'obtention d'un diplôme universitaire d'ergonomie. Je l'ai obtenu dans le cadre d'un congé individuel de formation et non via le CHSCT, comme cela aurait dû être le cas. L'accès à cette formation pour les membres du CHSCT devrait être facilité. Il est également important de créer des moments de rencontre avec des chercheurs, des scientifiques, des toxicologues, des ergonomes, etc. Il faudrait aussi permettre la participation à des colloques organisés par les institutionnels sur la prévention des risques. Enfin, il nous faut du temps. Lors des pics d'activité, 3 000 personnes travaillent sur notre site. Dans l'industrie du nucléaire, le secrétaire de CHSCT, au moins lui, devrait pouvoir consacrer 100 % de son temps de travail à son mandat, pendant la durée de ce dernier.

 Commenter cet article
J'ai déjà un compte, je m'identifie :

Mot de passe oublié?

Je n'ai pas de compte, je m'inscris :

Votre email :
Les trois derniers numéros



Votre email :

Je m'abonne et je commande



Offres d’emploi
    > Voir toutes les offres

    <a href="page.php?rub=99"><img src="pics/fr/mes-achats.gif" alt="Mes achats">

    Santé & Travail : Contacts | Qui sommes-nous ? | Informations légales | Signaler un contenu illicite
    Abonnements : 12 rue du Cap Vert 21800 Quetigny - Tel 03 80 48 10 25 - Fax 03 80 48 10 34 - accès au formulaire de contact
    Rédaction - Santé & Travail : Pôle information de la Mutualité française - 255, rue de Vaugirard - 75719 Paris Cedex 15
    01 40 43 34 73 - accès au formulaire de contact
    © Santé & Travail. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site est soumise à
    l’autorisation de : Santé & Travail. Ce site fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés sous le numéro 821101
    Santé et Travail/Accueil