Faire du règlement intérieur un atout pour le CHSCT

Dominique Lanoë, expert auprès des CHSCT et Grégory Bourré, formateur CHSCT à Apex-Isast Formation
Santé & Travail n° 099 - juillet 2017
couverture
Managers au bords de la crise de nerfs
juillet 2017

Depuis la loi Rebsamen, le CHSCT doit se doter d'un règlement intérieur. Un document qui, s'il est bien élaboré, peut servir à améliorer le fonctionnement de l'instance et à clarifier les moyens dont elle doit disposer pour remplir ses missions.

Jusqu'à la loi Rebsamen du 17 août 2015, aucun texte ne traitait du règlement intérieur (RI) du CHSCT.
Il fallait, pour le fonctionnement de l'instance, se référer à plusieurs articles du Code du travail.
Dorénavant, conformément à l'article L.
4614-2 du même code, le CHSCT doit déterminer dans un règlement "les modalités de son fonctionnement et l'organisation de ses travaux".
Une obligation relative, puisque l'absence de RI n'est pas sanctionnée.
D'un point de vue formel, le document doit être adopté au cours d'une réunion plénière, après inscription de ce point à l'ordre du jour.


Votre email :
Les trois derniers numéros



Votre email :

Je m'abonne et je commande