Filière déchets, ou les toxiques de l'intérieur

Isabelle Mahiou
Santé & Travail n° 093 - janvier 2016
couverture
Travailler avec une maladie chronique
janvier 2016

Fini les dégagements de dioxine du début des années 2000 ! Tout va mieux dehors. Mais à l'intérieur ? Une enquête de la CFDT auprès de 650 salariés de centres de tri, d'incinérateurs et de sites de traitement mécano-biologique montre que les conditions de travail sont leur première préoccupation, avant les rémunérations. Plus de 80 % estiment que leur activité a des répercussions sur leur santé. "Ce qui inquiète le plus les militants, c'est le risque cancérogène et biologique, associé à l'exposition aux différentes émanations et poussières", indique Pierre-Gaël Loréal, secrétaire fédéral de la Fédération CFDT construction bois. En cause, notamment, les métaux toxiques. "C'est dans les phases de maintenance lourde, les bourrages et les opérations de nettoyage que le risque chimique est le plus important, explique Ronan Levilly, responsable d'études à l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Néanmoins, les industriels du secteur ont pris conscience de la problématique et font preuve de volontarisme pour mettre en oeuvre des solutions de prévention pérennes dans la limite des possibilités techniques ou financières." Pierre-Gaël Loréal confirme : "Il y a une volonté d'améliorer la prévention. Nous souhaitons aussi davantage nous faire entendre des acteurs locaux dans les commissions de suivi de site." Il pointe du doigt des défauts de conception des installations et un manque d'investissement des collectivités.

Plombémies hors normes. Filière plus récente, le recyclage génère de nouveaux risques : les produits contiennent souvent un mélange de métaux toxiques, tels que plomb, mercure, cadmium dans les déchets électriques et électroniques, dont la maîtrise est difficile. L'affaire d'Environnement Recycling, qui emploie près de 200 personnes à Montluçon (Allier), l'illustre à l'extrême. Des salariés ont été alertés par l'empoussièrement des locaux où sont concassés des écrans de télévision et par les plaintes de fatigue intense et autres maux de tête. Des analyses de sang ont révélé des plombémies hors normes. La CGT locale poursuit l'employeur, qui, "sous une apparence d'entreprise vertueuse recyclant et faisant de l'insertion, met en danger ses salariés", déplore Laurent Indrusiak, secrétaire de l'union départementale.

 Commenter cet article
J'ai déjà un compte, je m'identifie :

Mot de passe oublié?

Je n'ai pas de compte, je m'inscris :

Votre email :
Les trois derniers numéros



Votre email :

Je m'abonne et je commande



Offres d’emploi
    > Voir toutes les offres

    <a href="page.php?rub=99"><img src="pics/fr/mes-achats.gif" alt="Mes achats">

    Santé & Travail : Contacts | Qui sommes-nous ? | Informations légales | Signaler un contenu illicite
    Abonnements : 12 rue du Cap Vert 21800 Quetigny - Tel 03 80 48 10 25 - Fax 03 80 48 10 34 - accès au formulaire de contact
    Rédaction - Santé & Travail : Pôle information de la Mutualité française - 255, rue de Vaugirard - 75719 Paris Cedex 15
    01 40 43 34 73 - accès au formulaire de contact
    © Santé & Travail. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site est soumise à
    l’autorisation de : Santé & Travail. Ce site fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés sous le numéro 821101
    Santé et Travail/Accueil