Inaptitude : l'obligation de reclassement atténuée

Jacques Darmon
Santé & Travail n° 097 - janvier 2017
couverture
Les maladies psychiques liées au travail
janvier 2017

Deux arrêts de la Cour de cassation du 23 novembre dernier (Cass.
14-26398 et n° 15-18092) marquent un revirement de la Haute Juridiction concernant l'obligation, pesant sur l'employeur, de reclassement des salariés après un avis d'inaptitude du médecin du travail.
Ces deux arrêts sont appelés à une forte publicité puisqu'ils paraîtront dans toutes publications de la Cour de cassation.
Jusqu'alors, l'employeur devait proposer des postes de reclassement, sur tout le périmètre de l'entreprise ou du groupe, indépendamment du refus du salarié de les occuper.
Ainsi, dans un arrêt assez récent du 6 mai 2015 (Cass.
13-27349), la Cour spécifiait que "l'employeur, quelle que soit la position prise alors par le salarié, doit rechercher les possibilités de reclassement".


Votre email :
Les trois derniers numéros



Votre email :

Je m'abonne et je commande



Offres d’emploi
    > Voir toutes les offres

    <a href="page.php?rub=99"><img src="pics/fr/mes-achats.gif" alt="Mes achats">

    Santé & Travail : Contacts | Qui sommes-nous ? | Informations légales | Signaler un contenu illicite
    Abonnements : 12 rue du Cap Vert 21800 Quetigny - Tel 03 80 48 10 25 - Fax 03 80 48 10 34 - accès au formulaire de contact
    Rédaction - Santé & Travail : Pôle information de la Mutualité française - 255, rue de Vaugirard - 75719 Paris Cedex 15
    01 40 43 34 73 - accès au formulaire de contact
    © Santé & Travail. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées sur ce site est soumise à
    l’autorisation de : Santé & Travail. Ce site fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés sous le numéro 821101
    Santé et Travail/Accueil