Un 100 d'encre

François Desriaux, rédacteur en chef
Santé & Travail n° 100 - octobre 2017

Refonte du compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P), disparition du CHSCT avec la fusion des instances représentatives du personnel, restrictions sur le recours à l'expertise, plafonnement des indemnités pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, référendum à l'initiative de l'employeur, négociations en direct avec les salariés dans les PME sans passer par une organisation syndicale… Toutes ces mesures contenues dans les ordonnances du gouvernement modifiant en profondeur le Code du travail vont bouleverser les repères et les pratiques dans les entreprises en matière de relations sociales et de prévention des risques professionnels. Il y a de quoi se faire un sang d'encre. Elles auront nécessairement un retentissement direct sur les conditions de travail, avec des répercussions possibles sur la santé des travailleurs. Ainsi que sur la capacité des acteurs sociaux et professionnels à les prendre en charge.

Ces derniers ne disent pas autre chose dans les colonnes de ce centième numéro de Santé & Travail ou sur notre site. S'ils s'inquiètent de ces évolutions et tirent la sonnette d'alarme, ce n'est pas parce qu'ils sont "fainéants" ou qu'ils "détestent toute réforme", comme l'a formulé le président de la République. Non, ils constatent juste que les ordonnances réunissent tous les ingrédients pour durcir les conditions de travail, amoindrir les capacités de résistance collective et rendre moins opérante l'intervention des professionnels de la prévention. Car, contrairement à la petite musique gouvernementale sur le renforcement du dialogue social et l'établissement de la règle ou de la norme au plus près du terrain, les ordonnances sont d'abord calibrées pour muscler le pouvoir de direction des employeurs en vue d'améliorer la compétitivité des entreprises. Fût-ce au détriment de la santé au travail. L'objectif est bien de "libérer les énergies", de "donner plus de souplesse aux entreprises", et donc de les délivrer de "carcans", au rang desquels le gouvernement classe les dispositifs en matière de conditions de travail et de pénibilité. D'ailleurs, ce dernier souhaite occulter ce côté délétère du travail. Disparu, le terme "pénibilité" de l'ex-C3P ; éliminée des missions du futur comité social et économique l'analyse des conditions de travail et des facteurs de pénibilité.

Malheureusement, il ne suffit pas de rayer d'un trait de plume la pénibilité dans le Code du travail ou les discours pour qu'elle soit éradiquée dans les entreprises. Pour les salariés fragiles, les plus âgés, les moins en forme, ceux qui supportent difficilement les horaires, les cadences, les postures, ceux aussi pour qui travailler vite et être fréquemment interrompus est insupportable ou qui se désespèrent de devoir renoncer à la qualité de leur production ou du service rendu à l'usager…, pour tous ceux-là, la qualité de vie au travail risque d'en prendre un coup.

La seule "bonne nouvelle" en cette rentrée est pour nous : dans ce futur contexte défavorable, les acteurs de la santé au travail auront encore davantage besoin d'un support d'information et de réflexion, indépendant et fiable, afin d'exercer plus efficacement leur mandat ou leur mission. Un défi que nous sommes prêts à relever, éditeurs, scientifiques et experts du comité de rédaction, ainsi que l'ensemble des journalistes qui font ce magazine depuis un quart de siècle. Nous avons encore beaucoup d'encre à faire couler.

© Alternatives Economiques. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle des pages publiées sur ce site à des fins professionnelles ou commerciales est soumise à l’autorisation d'Alternatives Economiques (Tel : (33) 03 80 48 10 25 - abonnements@alternatives-economiques.fr ). En cas de reprise à des fins strictement privées et non commerciales merci de bien vouloir mentionner la source, faire figurer notre logo et établir un lien actif vers notre site internet www.alternatives-economiques.fr.