Révolution numérique : quels emplois, à quelles conditions ?

Entretien avec Bernard Stiegler, philosophe, directeur de l'Institut de recherche et d'innovation du centre Pompidou, président de l'association Ars industrialis, professeur à l'université de Londres et professeur associé à l'université de technologie de Compiègne
et Thomas Coutrot, économiste, membre des Economistes atterrés et chef du département Conditions de travail et santé de la direction de l'Animation de la recherche, des Etudes et des Statistiques (Dares) au ministère du Travail
Propos recueillis par François Desriaux
Santé & Travail n° 098 - avril 2017
couverture
Ces lobbies qui nous intoxiquent
avril 2017

Les robots et l'intelligence artificielle sonnent-ils la fin du travail ou sa transformation profonde ? Pour le meilleur ou pour le pire ? Bernard Stiegler, philosophe, et Thomas Coutrot, économiste, échangent leurs arguments et leurs visions du monde d'après.

L'histoire économique montre qu'au cours des deux derniers siècles, l'emploi, hors périodes de crise majeure, a continué à augmenter au fil des révolutions technologiques.
Qu'en sera-t-il avec le développement de la robotisation et de l'intelligence artificielle ?
Bernard Stiegler : Ce devenir - qui ne concerne pas que les robots mais aussi les algorithmes, les objets autonomes, la data economy, etc.
écédé : le machinisme industriel du XIXe siècle, puis le taylorisme.
Ces deux premières vagues produisaient du salaire, appelé ensuite emploi dans la macroéconomie dite de la croissance.


Votre email :
Les trois derniers numéros



Votre email :

Je m'abonne et je commande